top of page
Rechercher

Le 1er mai : entre muguet, fête du travail et jour férié !



Le 1er mai entre jour férié, journée de 8h et muguet !

Vous connaissez tous le 1er mai pour être un jour férié et la fête du muguet. Mais c’est bien plus que ça. Le 1er mai rime avec « manifestions », « régime de Vichy », « la journée de 8 heures » et Charles IX (le fils de Catherine de Médicis).



Pourquoi offre-t-on du muguet le 1er mai ?


On commence par la légende : celle de Charles IX.


Le 1er mai 1560, Charles IX roi de France et fils de Catherine de Médicis en visite dans la Drôme est accueilli par un brin de muguet. Il était tellement touché par ce cadeau qu’il décidera l’année suivante d’offrir du muguet à toutes les dames de sa cour le 1er mai. La fête du muguet est née !



François Clouet, Portrait de Charles IX

 

 

Fleur originaire du Japon et venue en Europe durant le Moyen Age, elle fleuri en avril et juin et est un symbole de renouveau, de vivacité et de jeunesse. D’ailleurs, beaucoup pensent que 3 brins de muguet à 13 clochettes portent chance. C’est peut-être pour cela que les noces de muguet célèbrent 13 années de mariage.

 


Le chic à la française.


D’ailleurs, le muguet devient chic et devient un emblème de la maison de couture Dior grâce à Christian lui-même. Il a pour l'habitude de l'offrir à clientes et à ses petites mains. Cette fleur l'inspire tellement qu'il lui dédie des collections ainsi qu'un parfum. Superstitieux il la porte à la boutonnière comme un porte-bonheur.

Mais bien avant Dior, le muguet s’épingle sur le revers des vestes d’ouvriers qui réclame une journée de travail plus courte : la journée des 8 heures de travail.









La journée des 8 heures de travail


Lorsque vous pensez au 1er mai, vous pensez « vacances » car c’est un jour férié, seul jour dans l’année ou tous les commerces/services transports… sont fermés car le 1er mai c’est la fête du travail !

Cette première manifestions est réglée dans la violence. Deux ans plus tard, en 1886, rebelote. Et là, enfin, certains syndicats réussissent à voir gain de cause.


Cette fête du travail remonte à la fin du XIXe aux Etats-Unis à Chicago.

Le 1er mai 1884, les ouvriers à Chicago manifestent pour obtenir le droit à une réduction du temps de travail journalier et passer à la journée de 8 heures de travail. Cette manifestions sont réprimée dans la violence. Il faut attendre 2 ans plus tard, pour que Le 1er mai 1886, 200 000 travailleurs américains obtiennent la journée de 8 heures.


Gravure de 1886 parue dans le journal Harper's Weekly représentant le drame de Haymarket Square à Chicago

 

Ces manifestions d’Outre Atlantique arrivent en France dans les années 1880. Le 1er mai 1890, enfin, les travailleurs français réclament une réduction du temps de travail en une journée de huit heures.

Des manifestations ont lieu sur tout le territoire pour obtenir cette modification ; la classe ouvrière arbore, à la boutonnière, un triangle rouge qui symbolise leur revendication : une répartition juste entre travail, loisir et repos. Même si cette manifestation est soutenue par beaucoup de français, la IIIe République n’accède pas à leur demande.

 




Un 1er mai marqué par la violence et les tragédies



Le Petit Parisien, Les évènements de Fourmies



Un an plus tard, en 1891, rebelote, l'Internationale ouvrière appelle les travailleurs à manifester à nouveau. Malheureusement, ces manifestions sont réprimées dans la violence sur toute la France. 

Dans le Nord de la France, un petit village appelé Fourmies, accueille Paul Lafargue le gendre de Karl Marx qui donnera plusieurs conférences pour galvaniser les manifestants.

Encore une fois, cette manifestation sera réprimée dans le sang puisque deux régiments d'infanterie qui n'hésitent pas à ouvrir le feu sur les ouvriers.

 

Les ouvriers et ouvrières de la petite ville textile descendent dans la rue. Face aux défilés des manifestants se dressent deux régiments d'infanterie qui ouvrent le feu sur les ouvriers. On compte une trentaine de blessés et 10 morts (4 ouvriers + 4 femmes + 2 enfants).

 

Cette date sanglante marque la mémoire locale et celle de la France entière : la presse s'empare de l'affaire et les victimes de la fusillade de Fourmies sont érigées en martyrs.

Mais pour le gouvernement, il n'est toujours pas question d'accorder la journée de 8 heures aux ouvriers et travailleurs. La lutte ouvrière, soutenue par la pression des syndicats, se poursuit. 



Le XXe siècle : du code du travail à la journée internationale des travailleurs



Un tract de la CGT, 1910


Il faut attendre 1919 pour que cette revendication devienne une réalité. Dès lors, la journée de 8 heures est inscrite dans le code du travail.

C'est, en partie, grâce à l'organisation gouvernementale de Georges Clemenceau qui crée, en 1906, le ministère du Travail qui recueillera, notamment, toutes les doléances des travailleurs.

 


Portrait de Georges Clémenceau

 

Il faut cependant attendre 1946 pour que cette journée soit déclarée « chômée » et attendre 2 ans de plus pour que ce jour soit déclaré « férié ».

 

 









Tous droits réservés @Raconte moi Lyon



Pour aller plus loin / webographie:

1 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page